fbpx

Le post-traitement en photographie : un débat sans fin ?

La retouche photo a été et est toujours vue comme une modification d’une réalité :

les propagandes soviétiques des années 40 mentaient sur les personnages en présence, les peaux liftées des mannequins de magazine subliment des canons artificiels et les paysages somptueux sur les comptes Instagram vous paraissent sortis tout droit d’une autre planète.

Mais ces exemples criants feraient oublier le quotidien des photographes professionnels et la nécessité des retouches : réglage de la luminosité et du contraste d’une photo, apposition de sa signature, gestion des couleurs.

Petit tour d’horizon de la retouche photo et des parties prenantes au débat.

Le sujet épineux de la retouche photo

On a souvent tendance à associer le post-traitement à la révolution de la photographie numérique.

Et pourtant, loin des Photoshop et autres Lightroom, la retouche photo a une histoire aussi longue que la photographie elle-même.

Le débat est à brûle-pourpoint depuis désormais plus d’un siècle, et les camps en présence sont bien délimités : d’un côté, les pragmatiques considèrent qu’une photographie est avant tout une image de la réalité et qu’en tant qu’image, elle mérite d’être bonifiée ; de l’autre, les « puristes » de la photo défendent la ligne dure de l’arrêt sur image de la réalité, son effet « authentique », et décrédibilisent la retouche, perçue comme une injustifiable altération.

En 1872 déjà, Henry Hunt Snelling assénait dans The Philadelphia Reporter : « Qui ne peut pas produire un négatif aussi qualitatif qu’une photo retouchée ne mérite pas d’être appelé un photographe ».

Le développement du négatif : une affaire subjective ?

Retouche photo : choix de contrastes et de luminosité

L’un des rares sujets sur lequel tout le monde s’accorde cependant, c’est que le développement de négatifs est toujours l’affaire de choix dans les contrastes et la luminosité, ou dans la sélection d’un papier spécifique.

Ansel Adams ne disait-il pas du négatif qu’il est « comme une partition musicale : on peut jouer les mêmes notes de manières complètement différentes » ?

Mais au-delà de la nécessaire manipulation du négatif, on a toujours retrouvé de véritables modifications, et ce dès la création de la photo argentique : armé de crayons, pointes, lames, papiers et d’une bonne lentille, on peut faire apparaître ou disparaître des personnages entiers ou leurs caractéristiques physiques, mettre en évidence une portion précise d’une photo ou encore modifier l’angle d’une prise de vue.

La posture du photographe : une question de style

Retouche photo, Nuages "améliorés" , une vision d'une réalité rêvée

On pourrait se poser la question des fins qui poussent à la retouche : essaye-t-on de vendre un produit (dans un sens mercantile ou philosophique), auquel cas le spectateur se sentirait floué par un procédé visant à baisser sa garde ; ou cherche-t-on à être plus fidèle, à transmettre d’une manière plus exacte une vision, des sensations ?

La plupart des photographes ne cherchent-ils pas tout simplement à améliorer le rendu de leur photo, en en ôtant les poussières et en corrigeant la luminosité ? Quand on leur demande leur avis, ils souhaitent avant tout faire passer un message.

Une vision artistique du monde qui, pour retranscrire précisément ses émotions, passe par la photographie et ce qui l’accompagne indubitablement : la retouche photo.

Julien Hugo, photographe professionnel spécialisé dans l’accompagnement de mariages, définit ainsi le post-traitement sur son blog : le moyen d’apposer sa patte, de façonner un style propre qui souligne son savoir-faire et sa personnalité en tant que photographe professionnel. En somme : la retouche lui permet de définir son image de marque.

De l’éthique de la retouche

Mais pour le spectateur, c’est une autre paire de manches. Si la nécessité de lifter certaines photos pour recentrer l’œil sur le sujet principal est comprise, certains y voient un débat idéologique, et idolâtrent les professionnels se montrant réticents à la retouche, chez qui ils retrouvent un refus de l’uniformisation et de la facilité — une petite pensée pour Peter Lindbergh ou encore Jade Beall. Que voit le spectateur lorsqu’il regarde une photographie, s’il sait au fond de lui que l’« image originelle » a pu être tout autre ? Reformulons la question : qu’est-ce qui fait qu’une photographie (et donc le photographe qui est derrière) est exceptionnelle, si elle a été modifiée pendant des heures sur un ordinateur dernier cri ? À l’arrière-plan de ces questionnements, on distingue l’essence même de la philosophie de la photographie : qu’est-ce qu’une photo, qu’est-ce qu’une bonne photo, qu’est-ce qu’un bon photographe ?

Finalement, qu’apporte la photo ?

Post-traitement, Pluie d'etoiles Une distortion de la réalité

Une posture objective, sans affect, dirait que l’image est par définition une distorsion de la réalité : elle est l’expression d’une personne qui, à travers un geste par essence artistique, souhaite figer un instant T à l’aide d’un médium (que celui-ci soit argentique ou numérique). Si alors on considère que le développement de cette photo (ou sa projection sur un écran) fait partie intégrante de cette action, alors il n’y a plus de débat : l’image peut refléter la réalité mais elle ne peut pas devenir la réalité. La réalité est donc captée, figée puis retouchée et post-développée. Et la retouche photo trouve naturellement sa place au sein de l’activité du photographe, que celui-ci soit amateur ou bien professionnel.

De la retouche à la création : la naissance d’une discipline nouvelle

Nirav Photography
Le grain une retouche esthetique

Au-delà des retouches « nécessaires » (modification des couleurs, des tons, recadrage, etc.), comment considérer le post-développement lorsqu’une photo (ou plusieurs assemblées) sert de matière première pour la création d’une œuvre supérieure, où l’esthétisme prend le pas sur le réel ?

La naissance d’arts graphiques nouveaux — concomitante au développement de logiciels toujours plus compétents — semble avoir repoussé les frontières de la photographie.

Mais, au contraire, ne s’agit-il pas là de l’occasion d’en fixer précisément les limites, au jour où les photos ne sont plus que prétextes à des modifications illimitées ?
S’agit-il encore vraiment de photographies ?
Sur quels critères les distinguer ? Taux de dénaturation, aspect irréel, expression fantasmée ?

Un nouveau débat qui pourrait voir beaucoup de spectateurs se rallier aux réticents à la retouche… mais qui ne saurait oublier de laisser la place aux rêveurs et aux poètes.

Michel redon photographe
La retouche une nouvelle expression artistique


Découvrez nos autres articles sur la photographie

Credits :

Photos par Chris Lawton, Brigitta Schneiter, Laura VinckDereck Thomson, Nirav Photography and Michel Redon.

Like this article?

Share on facebook
Share on Facebook
Share on twitter
Share on Twitter
Share on linkedin
Share on Linkdin
Share on pinterest
Share on Pinterest

Leave a comment

CYME Software solutions for the passionate photographer

Be the first to know about exciting CYME news and updates​

By clicking on Subscribe, you agree to receive email communications from CYME. You will be able to unsubscribe at any time by following the instructions in these messages. CYME respects your privacy and will not sell your contact information. For information about our collection and use of your personal information, our privacy and security practices and your data protection rights, please see our privacy policy.

“CYME” and “Avalanche” are both registered trademarks of CYME SAS. Apple, the Apple logo, Aperture and the Aperture logo are trademarks of Apple Inc., registered in the U.S. and other countries. Mac App Store is a service mark of Apple Inc. Adobe, Lightroom, and the Lightroom logo are registered trademarks of Adobe Corporation. All other trademarks cited herein are the property of their respective owners.

Subscribe to our NEWSLETTER

  Please correct the marked field(s) below.
  *
 
 

For information about our collection and use of your personal information, our privacy and security practices and your data protection rights, please see   Privacy Policy and  Terms of Use 


Fill in your details and we’ll get back to you in no time.