CYME, best software solutions for passionate photographers

STAY ON TOP OF YOUR PHOTOS

Profitez de -20%pour commencer 2023 avec les bons outils – Code promo :  PERFECTSTART2023

Noemia Prada, portraitiste de mains en noir et blanc

Le contraste accentué et la lumière rasante soulignent chaque détail, chaque ride, chaque aspérité, laissant deviner la personnalité de la personne photographiée. Il pourrait s’agir de portraits mais on parle ici de photos de mains.

Dans The Hands Project, Noemia Prada saisit l’âme de ses modèles en s’attardant uniquement sur cette partie signifiante de leur corps. Un sujet particulièrement adapté à sa maîtrise du noir et blanc, qui a donné envie à l’équipe de CYME de mieux comprendre son travail.

Car nous ne développons pas seulement des logiciels pour l’organisation des photos ou la migration de photos, nous sommes aussi passionnés par les photographes.

Autoportrait de Noemia Prada, photographe portraitiste
Noemia Prada - Autoportrait

Dans cette série, pas de visage, pas de regard, simplement des mains. Ce sont elles qui expriment tout ce qu'il y a à dire sur la personne. Comment est née cette série ? Qu'est-ce qui vous fascine dans les mains ? Que traduisent-elles pour vous ?

The Hands Project est une série de photos en noir et blanc de mains. Le Hands Project est né après quelques années de pratique de la photographie. J’ai toujours aimé créer mes photos autour d’un thème. J’ai produit plusieurs collections, presque comme un créateur de mode. J’ai créé Hide and Seek, Contrasts, Fall, A Day at the Beach, My World is Black and White et The Sea, Always the Sea, pour n’en citer que quelques-uns. Les mains sont une constante dans la plupart de mes photos. C’est pourquoi ce projet ou cette série est né. J’ai toujours préféré les photos en noir et blanc. J’ai seulement fait une série en couleur, appelée Red. Le noir et blanc est définitivement mon univers…

Ce qui me fascine dans les mains, c’est l’interaction qu’elles établissent, les sentiments qu’elles transmettent, l’émotion que l’on peut voir et la beauté qu’elles ont. Elles se parlent, elles communiquent, elles dansent, elles montrent la tendresse, la colère, l’amour ou la protection. Elles sont un sujet sans fin.

Je suis encore une débutante en ce qui concerne la photographie des mains, car je crois qu’il y a tout un monde à explorer. J’aimerais faire une série avec des mains de musiciens, de ballerines, ou d’autres métiers totalement différents comme les bouchers ou les ouvriers du bâtiment.

« Ce qui me fascine dans les mains, c’est l’interaction qu’elles établissent, les sentiments qu’elles transmettent, l’émotion que l’on peut voir et la beauté qu’elles ont. »
Mains d'ouvrier aux doigts croisés par Noemia Prada, portraitiste de mains en noir et blanc

Ces mains semblent raconter des histoires. Votre passé de journaliste influence-t-il votre façon de photographier ? Raconter des histoires fait-il partie de vos intentions lorsque vous photographiez ?

Toutes les grandes photographies racontent une histoire. C’est l’élément de base d’une photo. Elle doit raconter l’histoire d’une personne, montrer un sentiment ou provoquer une réaction.

J’ai été journaliste dans le passé, c’est vrai, et ce qui m’a motivé dans cette profession, c’est la créativité dans l’écriture. Il en va de même pour la photographie. Elle doit être différente, forte, belle, significative et attrayante.

Photographie de mains d'adultes et de mains d'enfants

Comment choisissez-vous les personnes dont vous allez photographier les mains ?

Je me considère comme un photographe amateur qui apprend encore. Les mains que je photographie sont celles de personnes que je connais et qui sont proches de moi. Je n’utilise pas de modèles. Je n’engage pas de personnes.

Je prends des photos de personnes qui sont importantes pour moi, comme mon père, par exemple. Ses mains témoignent d’un travail dur, de la décence, de l’honnêteté et d’une vie rude.

Mains noires avec une fleur blanche par Noemia Prada

Vous avez réalisé votre autoportrait uniquement à partir de vos mains. Que pensez-vous qu’elles disent de vous ?

J’ai fait un autoportrait en utilisant mes mains. Je dois dire que j’aime photographier autant que j’aime être photographié.

J’utilise toujours mes mains dans mes autoportraits. Je pense qu’elles sont un élément très fort de la composition. Elles ajoutent à la beauté de la photo, elles la rendent plus complexe, intense, puissante, originale et créative. Les mains peuvent être utilisées dans un portrait de tellement de façons. Mes mains sont comme un outil, je les bouge comme si je dansais, je les utilise pour cacher ou pour montrer. Mes mains sont aussi importantes que l’appareil photo.

Mes portraits doivent comporter cet élément. Je ne peux pas imaginer de portraits sans elles.

Mes propres mains sont délicates, tout comme ma personnalité, elles sont fragiles. En regardant mes mains, vous pouvez voir la plupart des traits de ma personnalité. Authenticité, empathie, sensibilité. Elles sont assez élégantes et assez petites. D’une certaine manière, je suis petite aussi. Je préfère la façon dont les enfants pensent, sans filtre et sans jugement. Simplement de la joie, sans culpabilité.

« J’utilise toujours mes mains dans mes autoportraits. Je pense qu’elles sont un élément très fort de la composition. »
Forme de mains par Noemia Prada

Pourquoi avez-vous choisi le noir et blanc pour cette série sur les mains ?

Je fais très peu de photographies en couleur, comme je l’ai mentionné. Que ce soit un portrait, un paysage ou une capture de rue, je préfère toujours le noir et blanc qui possède une allure, un charme et un magnétisme.

Le noir et blanc est magique, c’est le rêve… alors que la couleur représente juste la réalité. Je préfère le rêve et la fantaisie au détriment du réel.

« Quand vous photographiez des gens en couleur, vous photographiez leurs vêtements. Mais quand vous photographiez les gens en noir et blanc, vous photographiez leurs âmes ! ». Cette citation de Ted Grant résume bien la situation.

Les mains d'un boxeur noir

Journaliste de profession, peintre, vous aimez aussi la musique. Comment êtes-vous venue à la photographie ?

J’ai étudié le journalisme et la publicité, et j’ai travaillé dans les deux domaines. Cependant, vers l’âge de trente ans, j’ai dû changer de voie professionnelle, car je suis devenue l’épouse d’un diplomate et, pour résumer, je suivais mon mari et me déplaçais sans cesse de pays en pays. Il était difficile de maintenir une carrière avec autant de changements et de défis, alors j’ai décidé que l’art était un langage universel et qu’il me permettrait de travailler et de me sentir accomplie où que je sois. C’est la raison pour laquelle la peinture et la photographie font désormais partie de moi. La musique m’inspire et me guide dans la création. C’est le déclencheur.

« Il était difficile de maintenir une carrière avec autant de changements et de défis, alors j’ai décidé que l’art était un langage universel et qu’il me permettrait de travailler et de me sentir accomplie où que je sois. »
Mains et pieds dans les feuilles par Noemia Prada

Quel équipement utilisez-vous (appareil photo...objectifs...) ? Pouvez-vous décrire un peu comment vous choisissez la configuration pour la prise de vue et l'éclairage ?

Mon appareil photo est un modèle assez ancien de Canon et je n’ai que trois objectifs. Mon préféré est le 100 mm qui permet d’obtenir un grand détail sur les portraits.

Ma source de lumière préférée sera toujours la lumière naturelle. J’aime simplement travailler près d’une fenêtre, avec un fond noir basique. J’utilise également des flashs, mais ils ont des caractéristiques complètement différentes.

La lumière crée l’ambiance, et pour The Hands Project, ce qui fonctionne le mieux est la lumière naturelle.

Cette préférence a également à voir avec le fait que je la maîtrise mieux que les lumières de studio ou les stroboscopes, ils sont encore nouveaux pour moi et je continue à les explorer.

Noemia Prada - Mains superposées

Quel type d'édition faites-vous sur vos photos ? Quels sont vos logiciels préférés pour retoucher et organiser vos images ? Avez-vous un processus d'édition
particulier ?

J’aime tout simplement le processus d’édition. Je pense qu’il est aussi important que l’acte initial de prise de vue. Prendre une photo, c’est juste le début du voyage, avec l’édition on peut créer de l’art.

Comme j’aime les citations, je citerais Ansel Adams : « Vous ne prenez pas une photo, vous la faites. »

Je crois qu’avec l’édition, vous faites de la photographie. J’ai l’impression de peindre, j’utilise un petit pinceau sur l’ordinateur, et j’édite lentement chaque détail de la photo comme si je l’utilisais sur une toile. J’enlève les ombres, j’ajoute du noir, j’ajoute du contraste et de la texture, de la clarté. Ce sont les principales variables que je manipule, afin de créer l’effet et l’ambiance que la photo doit transmettre.

Chaque photo est différente, il n’existe donc pas de presets que l’on peut appliquer à toutes les photos. Et c’est un processus qui prend beaucoup de temps.

Cela dit, je pense qu’il est important de faire la distinction entre l’édition et la manipulation numérique ou l’art numérique. Je pense qu’une photo ne peut pas être une création numérique. Vous ne pouvez pas ajouter des éléments qui n’étaient pas là à l’origine, vous ne pouvez pas combiner différentes images, car cela constitue une distorsion de la réalité.

En termes de logiciels, j’aime Photoshop, Lightroom et Camera Raw, mais je ne suis pas un expert.

Je maîtrise quatre ou cinq éléments, et cela me suffit. Je n’ai pas besoin de manipulations fantaisistes, car si vous prenez une bonne photo, tout est déjà là, il suffit de l’améliorer, alors que pour l’art numérique, il faut tout créer.

Pour ce qui est de l’organisation de mes photos, un seul mot décrit mon processus : chaotique !

« Chaque photo est différente, il n’existe donc pas de presets que l’on peut appliquer à toutes les photos. »
Mains noires avec montres de poche

Pouvez-vous citer trois inspirations qui vous ont le plus influencé en tant qu'artiste, comme un livre, un chef ou un photographe par exemple ?

Tout ce que j’ai vécu m’a influencé en tant qu’artiste, mon parcours, ma vie, mes défis. Mes douleurs et mes chagrins ont fait de moi ce que je suis en tant qu’artiste. Je suis inspiré, principalement par mes sentiments et mon monde intérieur, et pas tellement par des influences extérieures. Mes pensées, ma vie solitaire, moi.

L’exception serait la musique. Une de mes grandes passions et inspirations. Encore une fois, une citation : « Sans musique, la vie serait une erreur » de Friedrich Nietzsche.

Mon monde intérieur et la musique. Ce sont deux éléments essentiels qui m’inspirent.

Mains jouant du piano par Noemia Prada

Vous êtes portugaise mais vous avez vécu dans cinq pays différents : Pologne, Croatie, Portugal, États-Unis et Angola. Pensez-vous que ce nomadisme a influencé vos photos et comment ?

Ma vie a effectivement été très mouvementée depuis 1999. J’ai vécu et changé de pays tous les 3 à 5 ans. Cela vous façonne en tant que personne, influence votre personnalité et finit par avoir un impact sur votre façon de voir le monde et votre création artistique.

Ce nomadisme me convient très bien. Je n’appartiens pas vraiment à un endroit, et je ne m’attache pas trop aux gens. Je suis introvertie. Je suis une personne solitaire, donc ce type de vie ne me dérange pas. Je passe beaucoup de temps seule à la maison, c’est ma zone de confort, quel que soit le pays où je me trouve.

L’Angola est l’un des endroits où je me suis senti le plus heureux. L’Afrique est différente… elle reste avec vous pour toujours.

Main du travailleur

Vous êtes une photographe autodidacte. Qu'est-ce qui est le plus difficile dans l'apprentissage de la photographie en autodidacte ? Quels conseils donneriez-vous aux jeunes photographes ?

Je me considère comme une photographe autodidacte dans le sens où je ne suis jamais allée dans une école d’art. Mon parcours académique n’est pas lié à la photographie, cependant, prendre des photos a toujours été une passion pour moi.

La leçon la plus importante est d’apprendre « comment voir », comment composer une photo dans votre tête, avant même qu’elle ne se produise. Une photographie n’est pas un simple instantané. Elle transmet un message et crée une émotion chez le spectateur.

Henri Cartier-Bresson a raison… « Vos 10 000 premières photos sont vos pires ».

Oui, vous allez échouer et échouer encore jusqu’à ce que vous y arriviez. La pratique est la clé. Si j’ai un conseil à donner, c’est de ne pas essayer de suivre les tendances, de ne pas essayer de copier ce que font les autres. Si les silhouettes sont à la mode, ne les faites pas simplement parce que tout le monde le fait. Si vous suivez ces tendances, vous vous retrouverez dans un monde où toutes les œuvres d’art se ressembleront et vous ne pourrez pas reconnaître le photographe à son style, puisque tout le monde fait la même chose.

Si vous voulez être un bon photographe, vous devez être unique, vous devez vous connaître, trouver votre style et savoir quel est le message que vous voulez transmettre. Être un bon artiste, c’est aussi un acte de maturité qui consiste à savoir qui on est.

Malheureusement, je crois qu’il y a trop de gens qui font le même type de photos. Cela me rend triste. Je trouve cela ennuyeux, et je ne pense même pas que ce soit de la bonne photographie.

« Si j’ai un conseil à donner, c’est de ne pas essayer de suivre les tendances, de ne pas essayer de copier ce que font les autres. »

Main d'adulte et main d'enfant

Vous êtes très active sur Linkedin, un réseau inhabituel pour les photographes. Qu'appréciez-vous dans ce réseau par rapport à votre travail ? Qu'est-ce qu'il vous apporte ? Ce réseau est-il un bon support pour raconter des histoires ?

J’ai été sur Facebook, sur Instagram. J’ai essayé Youpic. Je ne suis pas d’accord avec les conditions d’utilisation d’Instagram ou de Facebook, qui ne sont pas justes pour les photographes et les droits d’auteur de leur travail.

LinkedIn est arrivé par hasard. J’avais un compte, ouvert il y a plusieurs années, et j’ai commencé à y poster mes photos parce que je pensais que c’était un endroit plus professionnel et plus sérieux. En outre, les droits d’auteur étaient respectés. La partie sociale de ce réseau est importante : j’apprécie l’interaction avec les gens. J’ai rencontré des centaines de photographes, professionnels et amateurs, sur LinkedIn. J’ai également rencontré des peintres, des poètes et de nombreux amateurs de photographie.

Mains noires en prière

Prolongez ce moment passé avec Noemia Prada en la suivant sur son site web, sur LinkedIn ou sur Instagram.

Toutes les images: ©Noemia Prada

Partager
Tweeter
Publier