Peu d’endroits sur Terre sont encore inexplorés. La mer, ses profondeurs et ses habitants représentent l’un des territoires les moins connus. Un monde qui a immédiatement fasciné Daisuke Kurashima dès sa première plongée. Depuis, il s’est spécialisé dans la photo sous-marine et il partage ses rencontres avec l’incroyable faune marine. Pour CYME, il rassemble ses meilleurs conseils sur cet exercice très technique que représente la photo sous l’eau.
Peakto for photo cataloging interviews Daisuke Kurashima, photographer
Daisuke Kurashima - Photographe

Vous êtes un spécialiste de la photographie sous-marine, notamment de la faune marine. Qu'est-ce qui vous a donné envie de plonger en emportant un appareil photo?

Lorsque j’avais 34 ans, j’étais en vacances sur l’île de Miyako, au Japon, et j’ai décidé d’essayer quelques activités de loisirs pour passer le temps, alors je me suis inscrit à une expérience de plongée. Mais au début, je n’ai pu plonger qu’à moitié parce que je n’arrivais pas à me tirer les oreilles. J’étais tellement frustré que j’ai décidé de plonger plus loin la fois suivante et j’ai obtenu ma carte de certification.

Une fois que j’ai appris à me contrôler, le monde sous-marin s’est révélé être un paradis. Chaque fois que je plongeais, il y avait quelque chose de nouveau à découvrir, et je ne m’en lassais jamais.

Après avoir plongé plusieurs fois, j’ai été motivé pour me lancer dans la photographie sous-marine, car je voulais capturer un monde que la plupart des gens n’ont jamais vu et le faire mien. Maintenant, je veux que davantage de personnes connaissent ce magnifique monde marin.

« Chaque fois que je plongeais, il y avait quelque chose de nouveau à découvrir, et je ne m’en lassais jamais. »

Peakto for photo cataloging interviews photographers
Daisuke Kurashima

Qu’est-ce qui vous fascine le plus?

La diversité biologique. Prenez mon pays, le Japon, par exemple, une nation insulaire avec un long axe nord-sud et le courant Kuroshio qui le traverse. Hokkaido abrite des limaces et des otaries, tandis qu’Okinawa abrite des récifs coralliens mondialement renommés, des requins-marteaux et des raies manta.

Dans une nation insulaire qui n’est pas très grande, c’est probablement le meilleur exemple de diversité. On peut voir des espèces complètement différentes au Nord et au Sud.

Avez-vous des méthodes spécifiques pour rencontrer les animaux marins ou est-ce une chance inexpliquée?

Afin de rencontrer les espèces souhaitées, il est important de:

  • connaître les conditions météorologiques et maritimes de l’habitat.
  • connaître l’écologie de la créature.
  • approcher l’animal avec précaution pour qu’il ne s’enfuie pas quand je le trouve (et ne pas toucher la créature.)

S’il y a un guide de plongée professionnel dans la zone de destination, je lui demande de l’aide. Les guides plongent dans le secteur tous les jours, donc ils savent tout ce qu’il y a à savoir sur la zone. Cependant, même si je respecte toutes ces exigences, je ne suis pas certain de rencontrer les animaux marins, et je ne sais pas non plus si je parviendrai à les photographier.

Peakto, best photo solution, talks of Daisuke Kurashima about underwater photohraphy
Daisuke Kurashima

Quel animal avez-vous eu le plus de mal à photographier?

Le plus difficile a été de photographier de minuscules méduses attachées aux algues. Elles ne mesuraient que quelques millimètres et les algues étaient violemment secouées par les vagues. J’ai donc dû capturer les méduses dans mon viseur et faire une mise au point précise sur elles.

C’est avec les baleines à bosse que j’ai eu le plus de chance. Un baleineau a fait surface vers nous et j’ai pu m’approcher assez près pour tendre le bras et le toucher pour une photo. Il était si près que j’aurais pu tendre le bras et le toucher ! En fait, si nous n’avions pas esquivé, nous aurions pu lui rentrer dedans.

Peakto, best photo solution, talks of Daisuke Kurashima about photohraphy
Daisuke Kurashima
Peakto, best photo solution, makes an interview of Daisuke Kurashima
Daisuke Kurashima

Vous expliquez que vous avez commencé à plonger pour échapper au stress de votre travail. Que vous ont apporté la plongée et la photographie sous-marine?

Avant tout, je pense que cela m’a inculqué un sens de l’aventure et de la curiosité. Plus je plongeais, plus je photographiais, plus je découvrais. Tous les soucis que j’avais jusqu’alors à propos du travail, ou autre, semblaient  insignifiants.

Les océans du monde ont leurs propres caractéristiques, et il n’y en a pas deux identiques. N’est-ce pas excitant de penser ainsi ?

« Les océans du monde ont leurs propres caractéristiques, et il n’y en a pas deux identiques. »

Peakto (photo management software mac) talks about underwater photography
Daisuke Kurashima

Quelles sont les contraintes liées à la photographie sous-marine?

La durée de la prise de vue est grandement affectée par la quantité d’air restante. La plongée sous-marine est limitée par la quantité d’air dans la bouteille, et la plongée en apnée est limitée par la capacité pulmonaire. Même lorsque vous plongez avec une bouteille d’air sur le dos, vous ne pouvez généralement rester sous l’eau qu’une ou deux heures.

Pendant ce temps, vous devez atteindre l’endroit souhaité, trouver et photographier le sujet désiré, et rentrer chez vous. Plus la cible est profonde, plus la consommation d’air est rapide et plus le temps de prise de vue est court. Et une fois de retour sur la terre ferme après la plongée, vous devez vous reposer pendant un certain temps pour éviter le mal de décompression. Pendant ce temps, le sujet que vous vouliez photographier peut se déplacer ailleurs et vous ne le reverrez peut-être jamais.

Peakto (photo management software mac) interviews an underwater photographer
Daisuke Kurashima

Pour chaque plongée, la météo, la pression hydrostatique, la lumière et la composition sont-elles des facteurs déterminants pour améliorer votre prise de vue d'un sujet?

Permettez-moi d’énumérer quelques éléments nécessaires à la photographie sous-marine.

Le premier facteur est la lumière.
Contrairement à ce qui se passe sur terre, la lumière du soleil est considérablement atténuée sous l’eau, de sorte que dans la plupart des cas, vous devrez utiliser un stroboscope externe pour faire ressortir les couleurs de votre sujet. La prise de vue en lumière naturelle produit des images avec une dominante bleutée. Cependant, les stroboscopes sont généralement interdits pour photographier les dauphins et les baleines.

Ensuite, la composition.
Contrairement à ce qui se passe sur terre, vous n’avez pas besoin de vous tenir sur deux jambes sous l’eau. Vous pouvez prendre des photos depuis n’importe quelle position, et donc composer vos clichés comme vous le souhaitez. Grâce à cette liberté, la gamme de vos photos s’élargit. On peut également dire que la sensibilité est requise.

Ensuite, les compétences en matière de plongée.

Il ne suffit pas de savoir plonger pour prendre des photos. Le plus important est de maîtriser la flottabilité neutre, c’est-à-dire la capacité de ne pas couler ni flotter sous l’eau. Si vous n’y parvenez pas, non seulement vous ne pourrez pas contrôler vos prises de vue, mais vous risquez également de détruire l’environnement de la vie sous-marine.

Peakto (photo management software mac) interviews an underwater photographer
Daisuke Kurashima

Quels appareils photo et équipements utilisez-vous habituellement pendant une plongée?

J’utilise:

  • Le NikonD850 et D800 pour les boîtiers
  • SIGMA 15mm F2.8 EX DG DIAGONAL FISHEYE
  • AF-S NIKKOR 14-24mm f/2.8G ED
  • AF-S Micro NIKKOR 60mm f/2.8G ED
  • AF-S VR Micro Nikkor 105mm f/2.8 G IF-ED

 

Ils sont placés dans un boîtier en aluminium pour la prise de vue.

Comment vous préparez-vous à vos excursions? Faites-vous des exercices de respiration avant de plonger, combien de temps à l'avance planifiez-vous vos destinations?

Je planifie mes destinations deux à trois mois à l’avance. À mesure que la date et l’heure du départ approchent, je deviens plus sensible à ma condition physique. S’il y a un signe de rhinite, je prends des médicaments le plus rapidement possible pour retrouver la forme, car cela aura une incidence sur le perçage de mes oreilles.

Je m’entraîne aussi à égaliser mes oreilles environ une semaine à l’avance. J’ai parfois du mal à descendre car une de mes oreilles est toujours difficile à égaliser.

Underwater photography illustrating an interview for Peakto, photo organizer mac
Daisuke Kurashima

Quelle destination ou quel océan vous a le plus captivé et pourquoi?

Il s’agit de l’atoll de Baa, aux Maldives, que j’ai visité il y a quelques années. De grands bancs de raies manta viennent dans la baie de Hanifaru pour se nourrir de plancton.
On peut les observer en faisant du snorkeling.

Lors de ma visite, j’ai rencontré un banc d’environ 100 individus. C’était un spectacle impressionnant. Je me souviens avoir crié sous l’eau. Le spectacle de ces poissons nageant en formation de train ou en spirale vaut la peine d’être vu au moins une fois.

« Le spectacle de ces poissons nageant en formation de train ou en spirale vaut la peine d’être vu au moins une fois. « 

Comment vos photos trouvent-elles un écho auprès du public? Le sujet du monde marin touche-t-il tout le monde ? Ou constatez-vous des sensibilités différentes?

L’intérieur de l’océan est en fait un territoire inexploré pour la plupart des gens. Je pense que la réaction la plus courante est la surprise face à cet univers que l’on ne comprend pas. Je ne sais pas s’il est possible d’impressionner chaque personne, mais je pense que le monde a suffisamment de potentiel pour le faire.

Underwater photography illustrating an interview for Peakto, photo organizer mac
Daisuke Kurashima

Plusieurs des espèces que vous avez photographiées (baleine bleue, raie manta) sont en voie de disparition. Quelles sont vos impressions à ce sujet?

J’ai beaucoup de chance d’avoir le temps de côtoyer des animaux en voie de disparition. C’est ce que j’ai sincèrement ressenti lorsque j’ai vu un banc de raies manta dans l’atoll de Baa, aux Maldives.

Les raies manta et les baleines ont également subi une diminution drastique de leur population en raison de la surpêche pratiquée par l’homme dans le passé. En tirant les leçons du passé, nous ne devrions peut-être pas mettre les pieds dans leur habitat.

Cependant, je crois que nous ne pouvons pas résister à notre désir fondamental de « voir » et de « savoir ». Par conséquent, je pense que nous pouvons observer leur écologie pendant longtemps en suivant les règles nécessaires qui ont été établies à cet effet, afin de ne pas menacer leur vie autant que possible.

« Je crois que nous ne pouvons pas résister à notre désir fondamental de voir et de savoir. »

Underwater photography of a whale illustrating an interview for Peakto, photo organizer mac
Daisuke Kurashima

Quelles sont vos sources d'inspiration en matière de photographie? ou d'art en général?

Pour les photographes, on peut avoir été influencé par le travail de David Doubilet, Paul Nicklen, ou Greg Lecoeur.

Nous pouvons également tirer des informations sur la composition des films et des dessins animés, ou des titres d’œuvres et des expressions qui les décrivent des romans et des livres de commerce.

Depuis peu, nous pouvons aussi regarder des peintures occidentales. Cependant, nous ne voulons pas que ces informations servent à imiter les autres.

The mac photo organizer Peakto interviewed Daisuke Kurashima about underwater photography
Daisuke Kurashima

Quel type d'édition faites-vous sur vos photos? Quels sont vos logiciels préférés pour retoucher et organiser vos images? Avez-vous un flux de travail d'édition particulier?

J’utilise principalement Adobe Lightroom et Photoshop pour l’édition.

J’utilise Lightroom pour effectuer des traitements communs (réglages d’exposition, suppression du bruit, etc.) sur plusieurs images, et Photoshop pour effectuer des dépoussiérages individuels, des corrections de couleurs, etc.

Je ne fais pas d’édition très compliquée, mais je garde toujours à l’esprit que la densité de l’iris des yeux diffère d’une race à l’autre. C’est une tâche pour laquelle il n’y a pas de réponse correcte, donc je m’en préoccupe à chaque fois.

Underwater photography of fishes and Corals illustrating an interview for Peakto mac photo organizer
Daisuke Kurashima

Quels conseils donneriez-vous à un nouveau venu dans le monde de la photographie? En particulier à ceux qui veulent se lancer dans la photographie sous-marine?

Il sera difficile de photographier sans contrôle d’attitude sous l’eau. Apprenez à bien nager. Au début, il est bon d’imiter les autres. C’est une question d’expérience, bonne ou mauvaise.

Prenez l’habitude de revoir vos clichés encore et encore. Au fil des années, vous commencerez à voir le travail qui a vraiment besoin d’être montré au monde.

Pour conclure, j’espère que de plus en plus de personnes entreront dans le monde de la photographie sous-marine.

« Apprenez à bien nager. Au début, il est bon d’imiter les autres. »

An interview about underwater photography for Peakto, mac photo organizer
Daisuke Kurashima

Prolongez ce moment passé avec Daisuke Kurashima en le suivant sur son compte Instagram et son site web.

Toutes les images: ©Daisuke Kurashima

Partager
Tweeter
Publier

Trouvez un moyen simple de trier et d’organiser l’ensemble de votre bibliothèque d’images.

Autres Interviews

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.