Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

L’art de raconter des histoires avec le photographe Stefan Falke

Comment naissent les histoires ? Pour Stefan Falke, elles naissent grâce à une une scène dont la lumière, le sujet ou la composition l’intriguent et le fascinent.

Alors lorsqu’il croise pour la première fois les danseurs sur échasses des Caraïbes, aux silhouettes si étonnantes, Stefan Falke va passer plusieurs années à les photographier pour en tirer de nombreux reportages fascinants et un livre, Moko Jumbies: The Dancing Spirits of Trinidad. Et quand le photographe se promène dans un New York vidé par la COVID et qu’il croise quelques personnes qui tentent d’atteindre leur destination rapidement, il débute sa série Keep Going New York !! pour rendre hommage à l’architecture de la ville et à l’énergie de ses habitants, même confinés.

Nous avons interrogé ce photographe aux multiples histoires, qui a commencé dans les années 90, réalisé plus d’une vingtaine d’exposition solo (à Photoville à New York, Visa pour l’image à Perpignan ou la Triennale de la photographie à Hambourg) et qui continue de nous embarquer dans ses dynamiques contes photographiques.

Portrait de Stefan Falke
Portrait de Stefan Falke

Vous avez commencé dans la vie par des études d'ingénieur pour finalement devenir photographe. Comment en êtes-vous venu à la photographie ?

Enfant, j’ai toujours dessiné et peint, je voyais mon avenir comme dessinateur ou graphiste. Mon père avait d’autres projets, il voulait que je devienne ingénieur civil – ce que j’ai étudié pendant quelques années – mais il m’a aussi offert mon premier appareil photo quand j’étais adolescent. L’appareil photo a gagné.

J’ai eu ma première chance dans l’industrie du cinéma, une amie m’a invité à faire des photos sur l’un de ses premiers films et, à partir de ce moment-là, j’ai été photographe de plateau sur plus de 20 grandes productions cinématographiques en Europe et en Afrique. Je considère cette période comme l’une des années les plus importantes pour moi pour devenir un photographe professionnel.

Projections par Stefan Falke
Tom Kiefer des séries "La Frontera"

Vos photos font généralement partie d'une série. Votre travail est proche du photojournalisme. Est-ce un terme que vous revendiquez ?

« Proche » est une bonne façon de le dire car je m’intéresse à plusieurs domaines de la photographie : le photojournalisme, le portrait sur le terrain, la photographie de plateau de cinéma, la publicité, le documentaire et, dernièrement, la photographie de rue.

J’ai photographié des intérieurs pour un grand magasin célèbre pendant des années. Je ne refuserais pas non plus de photographier des produits si cela m’était proposé. Mais oui, le photojournalisme – ou la narration visuelle – est probablement le meilleur moyen de décrire mon travail, car tout ce que je photographie, je le vois comme une histoire.

Je produis beaucoup de contenu visuel en peu de temps et je peux rapidement réaliser des portraits tout en me concentrant sur une scène plus large. Les livres deviennent un bon moyen de montrer mes grandes séries, car même mes reportages de plusieurs pages dans les magazines ne rendent pas justice à ce que je veux montrer. Mais beaucoup de mes missions consistent en une image finale, généralement un portrait sur le terrain ou dans un environnement, où je dois tout fondre en une seule photo, et c’est aussi un défi amusant.

« Le photojournalisme – ou la narration visuelle – est probablement le meilleur moyen de décrire mon travail, car tout ce que je photographie, je le vois comme une histoire. »

Photographie pour Moko Jumbies par Stefan Falke
Des séries "Moko Jumbies"

Comment choisissez-vous les histoires que vous voulez raconter et comment les construisez-vous ?

Mes histoires personnelles me trouvent et je suis toujours prêt à être trouvé. Cela commence souvent visuellement. Je vois quelque chose qui m’intéresse et je commence à photographier avant de réfléchir. L’histoire se développe souvent à partir de là. Il est très important d’avoir accès à ce sur quoi je veux travailler. Sans accès, pas d’histoire.

Un bon exemple est mon premier livre sur une école de marche sur échasses : « MOKO JUMBIES : The Dancing Spirits of Trinidad ». Il n’y avait aucune idée derrière ce livre, si ce n’est que j’étais époustouflé par l’art et l’apparence de ces jeunes échassiers. L’accès à leur école m’a été accordé. Je les ai photographiés de manière désordonnée, sans plan. J’ai passé de nombreuses années avec eux, par intermittence, jusqu’à ce que je réalise que j’avais de quoi écrire un livre. C’est toujours mon œuvre préférée.

Portait de l'artiste Siki Carpio par Stefan Falke
Siki Carpio des séries "La Frontera"

Quels sont les signes que vous recherchez pour savoir si quelque chose a le potentiel d'être une bonne photo ?

Le mouvement, le contenu, la direction de la lumière, la qualité de la lumière, la composition. L’intuition. Il s’agit moins de chercher mais de sentir. Ressentir visuellement, si cela a un sens.

Vous aimez l'interview de Stefan ?

Photographie pour "Keep Going New York" par Stefan Falke
Des séries "Keep Going New York !!"

Dans vos photos de rue, vous donnez beaucoup d'importance à la personne. Comment la choisissez-vous ? Le contrôle est-il important quand on prend des photos de personnes ? Quelle influence avez-vous sur la façon dont un sujet interagit avec le paysage ?

Je n’ai aucun contrôle sur la personne dans mes photos de rue. Bien qu’ils soient la partie la plus importante, ils ne sont pas conscients de moi. En particulier dans mon travail sur « Keep Going New York !! », un livre sur nos rues – presque – vides pendant la pandémie, je trouvais un endroit, je composais le cadre et j’attendais que quelqu’un le traverse. Peu m’importait qui c’était ou ce qu’il portait, tant que la démarche était bonne. Le genre de démarche new-yorkaise. Déterminée.

C’est différent lorsque je photographie une personne dans le cadre d’une mission, lorsque la personne a accepté d’être photographiée et que je dirige la séance. Mais même dans ce cas, je préfère que la personne fasse ce qu’elle ferait si je n’étais pas là.

« Je n’ai aucun contrôle sur la personne dans mes photos de rue. Peu m’importait qui c’était ou ce qu’il portait, tant que la démarche était bonne. Le genre de démarche new-yorkaise. Déterminée. »

Projections Mexico par Stefan Falke
Raechel Running des séries "La Frontera"

Vous aimez photographier les artistes, musiciens, peintres, danseurs... Qu'est-ce que la photographie vous permet de montrer de leur travail ?

J’adore travailler avec des artistes. Ils sont toujours intéressants, toujours expressifs dans leur façon d’être, et généralement de bonnes personnes qui travaillent pour un monde meilleur, qu’elles le sachent ou non. J’ai travaillé avec ou autour d’artistes pendant toute ma carrière, en commençant par des acteurs de cinéma à l’époque où je faisais des photos de films, puis en photographiant le travail de la sculptrice Luise Kimme à Tobago pendant de nombreuses années.

Puis j’ai choisi de photographier des artistes, 200 à ce jour, pour mon projet à long terme « LA FRONTERA : Artists along the US-Mexico Border » afin de mettre en lumière la valeur culturelle d’une région confrontée à des problèmes difficiles qui dominent les reportages médiatiques et politiques de là-bas. La photographie me permet de montrer un aspect positif – plein d’espoir – de la vie là-bas. J’ai également fait le portrait d’artistes pour des magazines, comme la merveilleuse danseuse de ballet Michaela DePrince, inoubliable. C’est un privilège de rencontrer et de photographier des gens comme elle. Les artistes m’intéressent particulièrement, pour ainsi dire. Ils représentent l’espoir.

« J’adore travailler avec des artistes. Ils sont toujours intéressants, toujours expressifs dans leur façon d’être, et généralement de bonnes personnes qui travaillent pour un monde meilleur, qu’elles le sachent ou non. »

Photographie pour "Keep Going New York" par Stefan Falke
Sean Marshall des séries "Keep Going New York !!"

Votre série Keep Going New York !! montre des New-Yorkais retournant à la vie dans une ville encore déserte à cause du COVID. Comment cette série a-t-elle commencé ? Quel impact le COVID a-t-il eu sur votre travail ?

Le COVID m’a permis de regarder la ville de New York d’une manière que je n’avais jamais connue. L’absence de personnes a dévoilé la ville. Comme si un rideau s’ouvrait. Nous sommes normalement si occupés à regarder les autres, bons ou mauvais, que nous n’avons pas le temps de lever les yeux, ou de regarder une avenue pour voir l’architecture de ses bâtiments, etc. Ce sont les touristes qui font ça, pas nous, les locaux. Et l’absence de circulation et de bruit était formidable, j’ai adoré, sans oublier l’horrible raison de cette immobilisation. La série a commencé par le fait que je prenais des photos presque tous les jours, me promenant pendant des heures, perplexe, étonné, stupéfait.

Encore une fois, il n’y avait pas de plan au début, j’étais guidé visuellement. Au bout d’un moment, j’ai découvert que les quelques personnes encore dehors marchaient comme les New-Yorkais, déterminés à aller de A à B le plus rapidement possible. J’ai découvert un thème pour mon travail, une personne traversant mon cadre – soigneusement choisi -. Cette approche avait toujours cette énergie new-yorkaise, même dans cette situation difficile. Le titre « Keep Going New York ! » m’est venu en regardant les personnes qui traversaient mon cadre. Le livre qui en résulte est autoédité et est né de la pandémie comme les photos qu’il contient, je n’avais pas de travail et beaucoup de temps pour le faire moi-même depuis le confort de ma maison.

Ayant remarqué mon projet, une agence de publicité m’a récemment engagé pour réaliser des photos et des vidéos pour un institut financier. Cela montre que le travail personnel est important non seulement pour rester créatif et occupé, mais aussi pour que les clients voient votre potentiel.

Mais le plus important, c’est que le travail sur mon livre pendant le COVID m’a permis de rester sain d’esprit pendant ces moments autrement très difficiles. C’est ce que fait la photographie pour moi.

Photographie de Pablo Llana par Stefan Falke
Pablo Llana des séries "La Frontera"

Vous avez vécu et voyagé dans différents pays, photographié et parlé à de nombreuses personnes à travers le monde : Trinité-et-Tobago, le Mexique, les États-Unis... Qu'avez-vous appris de ces expériences autour du monde, en capturant des moments avec des cultures si différentes ?

J’habite à New York où un petit tour au magasin du coin est comme un voyage autour du monde. C’est pour cette raison que j’aime être ici. Des gens de partout vivent ici en coexistence pacifique. C’est exceptionnel. L’expérience de photographier et de parler ou de vivre avec des gens d’Europe, d’Afrique, des Caraïbes ou le long de la frontière entre les États-Unis et le Mexique des deux côtés est importante pour moi, surtout depuis que je vis ici, j’apprends à connaître les pays et les cultures de mes compatriotes new-yorkais. La photographie me relie à eux.

Photographie d'Azzul Monraz par Stefan Falke
Azzul Monraz des séries "La Frontera"

Il y a toujours beaucoup de couleurs dans vos photos, que voulez-vous exprimer à travers elles ?

J’ai appris la photographie dans ma chambre noire noir et blanc il y a longtemps. Tout était question de composition, de structures, d’ombres, de lumière… Aujourd’hui encore, je ne prête pas beaucoup d’attention aux couleurs lorsque je prends des photos. Je les vois mais ce n’est jamais un facteur de décision pour prendre la photo. Le ton général, oui. Je suis toujours surpris par la vivacité des couleurs lorsque je regarde mes photos à la maison, mais je ne m’en attribue pas vraiment le mérite. Elles me suivent simplement partout. Je trouve que la direction et la qualité de la lumière, la composition et le contenu sont plus importants. Je vois en quelque sorte en noir et blanc lorsque je photographie. Je suis toujours un peu confus lorsque les gens félicitent mes photos pour les couleurs. Elles n’étaient pas importantes pour moi lorsque j’ai pris les photos. Les couleurs peuvent compléter mon image, le ton général peut créer une ambiance, etc. mais il faut d’abord une photo bien éclairée, bien composée et au contenu intéressant pour que ça marche.

« Je trouve que la direction et la qualité de la lumière, la composition et le contenu sont plus importants. Je vois en quelque sorte en noir et blanc lorsque je photographie. »

Photographie pour "Keep Going New York" par Stefan Falke
Des séries "Keep Going New York !!"

Avec quel appareil photo et quel équipement aimez-vous travailler ?

J’ai été un photographe Nikon pendant la plus grande partie de ma carrière et j’espère vraiment que cela restera ainsi. Les appareils sont tout simplement faits pour mes mains. Les boutons sont là où j’ai besoin qu’ils soient. Simplicité. Durabilité. La qualité de leurs objectifs est superbe. J’ai utilisé la plupart des modèles d’appareils photo jusqu’à mon D850 actuel et quelques zooms Nikkor de haute qualité, couvrant ainsi les bases, mais dernièrement, le 24-120 mm Nikkor 1:4 est mon objectif principal. La gamme est fantastique pour mes objectifs, elle me permet de voyager léger et j’aime la flexibilité par rapport aux objectifs primaires.

Je vais bientôt passer à contrecœur au système d’appareils photo sans miroir de Nikon, mais les D850 resteront avec moi jusqu’à ce qu’ils cessent de fonctionner. Je prends des milliards de photos sur mon iPhone pro, mais pas pour le travail. J’ai eu un certain succès avec les vidéos iPhone, qui ont lentement abouti à un travail rémunéré.

Moko Jumbies par Stefan Falke
Des séries "Moko Jumbies"

Quels outils utilisez-vous pour votre post-traitement ? Quels réglages utilisez-vous pour vos images ?

Je sélectionne et je légende mon travail dans mon cher PhotoMechanic. Comme je suis vieux jeu, j’édite ensuite chaque photo – celles que j’envoie à un client ou à une exposition – dans Photoshop. L’édition en série ne me convient pas. Je n’édite pas beaucoup, le dépoussiérage habituel si nécessaire, quelques ajustements, je ne recadre presque jamais, je peux redresser légèrement une image. L’exception : les images d’intérieur et d’architecture. Avec elles, je me déchaîne dans Photoshop.

Cette interview vous inspire ?

Photographie de la sculptrice Luise Kimme par Stefan Falke
Luise Kimme, sculptrice à Tobago

Quelles sont vos sources d'inspiration ? Pouvez-vous citer 3 artistes qui vous ont influencé ?

Mes sources d’inspiration sont les magazines de voyage, de mode et d’actualité, les livres de photos, les musées, les galeries et les conférences, et je suis membre de 2 associations de photographes. J’étudie souvent les sites internet d’autres photographes, pour leur travail mais aussi pour la présentation de celui-ci. Je suis aussi sur Instagram, toujours un incontournable, mais plus pour le dépannage rapide. Je passe plus de temps sur Linkedin, où j’établis des liens significatifs.

L’artiste qui m’a le plus influencé est Luise Kimme, une sculptrice et professeure d’art allemande qui vivait à Tobago. J’ai photographié ses livres et ses brochures à partir des années 90 et j’ai appris d’elle de nouvelles façons de voir. C’était une artiste qui vivait avec et pour son art. Je l’ai convaincue d’apparaître dans mes photos aux côtés de son art, car elle et son œuvre étaient inséparables.

Il y a trop de photographes que je ne peux citer ici et dont j’aime le travail : Irving Penn, Graciela Iturbide, James Nachtwey, Peter Lindberg, Pascal Maitre, Sebastião Salgado, William Klein, Richard Avedon, Annie Leibowitz, Ellen von Unwerth, Guy Bourdin, Cristina Garcia Rodero, Francisco Mata Rosas, Horst P. Horst, Art Wolfe, Eric Meola … et tous mes collègues photographes représentés par mon agence LAIF, je regarde leur travail presque tous les jours.

Photographie de Duane Michals par Stefan Falke
Photographe Duane Michals chez lui à New York City

Vos photographies ont été présentées par de grandes publications internationales ; votre travail a donné lieu à trois livres de photos et à plus de vingt expositions personnelles. Vous travaillez pour plusieurs magazines. Quels événements ont marqué un tournant dans votre carrière ?

C’est la somme de tout cela qui m’a conduit là où je suis maintenant. Le New York Times Magazine a publié une fois (1989 !) une de mes photos et j’ai cru que j’avais réussi ! Il ne s’est rien passé par la suite, pas un seul coup de fil, pas une seule mission, car je n’étais pas prêt. Quelques années plus tard, j’ai été invité à prendre des photos sur un plateau de cinéma. C’était mon point de départ professionnel. J’étais payé pour prendre des photos toute la journée, tous les jours. Je suis ensuite passé à d’autres choses, comme des livres de photos et des expositions, des missions pour des magazines et des tournages publicitaires. De nouvelles aventures en permanence. Je suis très reconnaissant envers la photographie.

J’aime ce que je fais et j’aime montrer les résultats. J’aime travailler avec des personnes à l’esprit positif. Keep Going n’est pas seulement le titre de mon dernier livre, c’est aussi ma philosophie.

« J’aime travailler avec des personnes à l’esprit positif. Keep Going n’est pas seulement le titre de mon dernier livre, c’est aussi ma philosophie. »

Photographie d'un cracheur de feu par Stefan Falke
Cracheur de feu des séries "Moko Jumbies"

Quel conseil donneriez-vous à un jeune photographe ?

Toujours marcher avec de bonnes chaussures. Vous allez beaucoup marcher. Prenez soin de votre santé mentale et physique. Et Keep Going

Portrait d'une fille pour "Keep Going New York" par Stefan Falke
Nissi des séries "Keep Going New York !!"

Prolongez ce moment passé avec Stefan Falke en le suivant sur son site web ou sur Instagram.

Crédit photo: © Stefan Falke

Team CYME
Team CYME
Nous sommes passionnés par la photographie, les logiciels bien conçus et les expériences utilisateur impeccables. Nous aimons aussi les équipements cool... et nous ❤︎ le Mac.
Vous pourriez également aimer...